Synopsis du Kid

Le ton du film est établi par le premier carton : « Un film avec un sourire… et peut être aussi, une larme », tandis qu’un autre carton annonce l’histoire : « La femme dont le péché est d’être mère. »

La femme sort d’un dispensaire, un nourrisson entre les bras. Une courte scène nous montre le père de l’enfant, un jeune artiste qui fait négligemment tomber une photo de la femme dans le feu. La mère abandonne son enfant dans une voiture luxueuse, accompagné d’un mot demandant à la personne qui le trouvera de prendre soin du bébé. Mais la voiture est volée par deux brigands qui déposent le bébé à côté des poubelles dans une petite ruelle.

C’est là que Charlot le trouve, après plusieurs tentatives infructueuses pour se débarrasser de cette nouvelle responsabilité non désirée, il l’emmène dans sa mansarde et se fabrique ingénieusement tout le matériel nécessaire pour pouponner.

Cinq ans plus tard, le Kid est devenu un petit aide-ménager efficace et un collaborateur enthousiaste : il sillonne les rues en cassant des fenêtres et Charlot, qui s’est fait vitrier ambulant, le suit à la trace pour proposer ses services.

L’enfant tombe malade, et Charlot révèle son histoire à un médecin, qui en réfère aux autorités sociales. Mais Charlot résiste avec acharnement à leurs efforts pour placer l’enfant à l’assistance publique.

La mère, devenue une grande vedette de la scène, offre une récompense à qui lui rendra son fils. Comme le Kid et Charlot trouvent refuge dans un asile de nuit, le patron enlève l’enfant pour obtenir la récompense. De nouveau seul et sans ressources, Charlot s’endort sur les marches du perron et rêve d’un paradis où les gentils et les méchants de ce monde sont tous des anges portant des ailes.

Le péché s’insinue sous la forme d’un ange féminin séducteur. Charlot est tué lors d’une bagarre, et le Kid muni d’ailes pleure sur son corps en sang… jusqu’à ce qu’il soit réveillé par un policier qui le conduit jusqu’à la somptueuse demeure où l’enfant vit désormais avec sa mère retrouvée.