Synopsis du Grand Dictateur

Pendant la Première Guerre Mondiale, un anonyme combattant de l’armée de Tomania, sauve la vie d’un officier nommé Schultz. L’avion dans lequel ils se trouvent s’écrase et le petit soldat est envoyé dans un hôpital où il restera vingt ans, ignorant les changements qui s’opèrent autour de lui. Il ne sait pas que Hynkel est devenu dictateur de Tomania et qu’il persécute les juifs avec l’aide de ses deux ministres, Garbitsch et Herring.

A sa sortie de l’hôpital, la victime amnésique retourne dans sa boutique de barbier dans le ghetto espérant retrouver tout ce qu’il avait laissé vingt ans auparavant. Il fait la connaissance d’Hannah et il en tombe amoureux. Entretemps, Schultz est devenu un personnage incontournable du régime, reconnaît le barbier et ordonne à ses troupes de le laisser tranquille. Pendant ce temps, Hynkel planifie l’invasion de l’Osterlich, pays frontalier, et quand Schultz remet en cause cette invasion, le dictateur le condamne aux camps de concentration. Aussitôt, Schultz organise son évasion du camp en essayant de provoquer une rébellion contre le gouvernement. Il se réfugie dans le ghetto, chez son ami le barbier, mais les troupes de Hynkel détruisent sa vitrine et rendent sa nouvelle vie misérable.

Mais juste avant de mener à bien son plan d’évasion, lui-même et son ami le barbier sont arrêtés ensemble et internés dans un camp.

Poursuivant son plan d’invasion de l’Osterlich, Hynkel invite au palais Napaloni, le dictateur de Bacteria, et, après quelques différends comiques, envahit l’Osterlich. L’invasion est un succès et Hannah, qui s’est réfugiée dans ce pays avec ses amis, se retrouve une fois de plus sous la domination du régime cruel de Hynkel.

Pendant que le dictateur célèbre se dernière conquête en prenant des vacances, Schultz et son ami le barbier réussissent leur fuite du camp. Hynkel est arrêté par ses propres troupes et le barbier est confondu avec le dictateur. Réalisant l’importance de sa nouvelle position, le barbier organise un plan et fait un discours devant le peuple de Tomania, dénonçant tous les méfaits de Hynkel, allant jusqu’à faire l’éloge de la démocratie.