Biographie

Charles Spencer Chaplin est né à Londres le 16 avril 1889. Ses parents, Charles et Hannah, tous deux artistes de music-hall, se séparent avant ses trois ans. Mme Chaplin se bat pour élever Charles et son demi-frère aîné Sydney, enfant illégitime, malgré sa santé défaillante (elle a fini par être internée en hôpital psychiatrique). Vivant la plupart du temps dans des conditions d’extrême pauvreté, les deux garçons passent le plus clair de leur petite enfance dans des institutions pour jeunes indigents.

Chaplin à l'âge de 9 ou 10 ans, à l'époque où il se produit avec les "Eight Lancashire Lads"

À dix ans, cependant, Charles débute sa carrière professionnelle dans une troupe d’enfants danseurs de claquettes: les Eight Lancashire Lads ("huit gars du Lancashire"). Pendant plusieurs années, il joue le petit groom Billy dans la pièce Sherlock Holmes, apparaissant même dans ce rôle dans un théâtre du West End, à Londres. C'est lors de cette tournée que Chaplin commence à se faire un nom et qu'il côtoie de grands acteurs qui lui enseigne l'art de la comédie.

Plus tard, Charlie intègre une autre troupe: le Casey's Circus, où il brille par ses imitations de comiques célèbres.

D’autres emplois dans le music-hall finissent par aboutir à son recrutement dans la troupe de Fred Karno, le plus grand imprésario britannique de spectacles de cabaret. Les talents comiques exceptionnels de Chaplin en font très vite la star de la compagnie Karno.

Alf et Amy Reeves, Muriel Palmer & Chaplin embarquent pour l'Amérique pour une tournée avec la troupe Karno en 1910

Fin 1913, lors d’une tournée dans les music-halls américains, il est remarqué par Mack Sennett et engagé par la Keystone Comedy Company à Hollywood. C’est le début d’une longue série de courts et de moyens métrages. Il crée alors le costume et le maquillage qui vont le rendre célèbre; en l’espace d’une année, il a pris le chemin d’une gloire et d’une affection internationales, telles qu’aucun autre comédien n’en a jamais connu.

Charlot est content de lui (1914), le premier film où l'on découvre le personnage de Charlot

Rapidement, il passe d’une compagnie à une autre, avec un salaire qui n’en finit pas de grimper, toujours en quête d’une plus grande autonomie créative. Après la Keystone Company, il intègre la Essanay Film Manufacturing Co., puis la Mutual Film Company.

Charlie Chaplin, Edna Purviance et Sydney, le frère de Charlie, sur le tournage de L'Émigrant (1917)

En 1918, il monte son propre studio et en 1919 il est co-fondateur, avec Douglas Fairbanks, Mary Pickford et D. W. Griffith, de United Artists (les Artistes Associés: une maison de distribution indépendante). Avec des chefs-d’oeuvre comme L'Émigrant, Charlot soldat, Le Kid ou La Ruée vers l’or, Chaplin apporte une nouvelle dimension à la comédie, pas seulement par les talents extraordinaires de son jeu d’acteur ou de sa créativité burlesque, mais aussi dans le domaine de l’étude de caractère, de l’émotion et de la satire sociale présentes dans ses films.

Chaplin lors de la construction de ses studios à Hollywood

L’avènement du parlant a constitué un problème plus difficile pour Chaplin que pour les autres stars du muet. Il avait conquis le public du monde entier grâce au langage universel de la pantomime. Dans ses premiers films sonorisés, Les Lumières de la ville et Les Temps modernes, il continue en fait à réaliser des films muets, utilisant le nouveau support du son uniquement pour ajouter aux images un accompagnement musical synchronisé et pré-enregistré.

Chaplin répète la scène de la machine à nourrir dans Les Temps modernes. Il actionne lui-même les leviers

Quand il se lance enfin dans les dialogues avec Le Dictateur en 1940, il prouve qu’il peut manier le son et la parole à la perfection. Chaplin a connu une dévotion universelle quasi unique; mais dans la paranoïa ambiante des États-Unis d’après-guerre, il est la cible de attaques répétées d’une droite américaine qui le soupçonne pour ses positions radicales. Le FBI, sous la direction de son célèbre patron J. Edgar Hoover, orchestre contre lui à grand renfort de publicité un procès en reconnaissance de paternité qui érode encore davantage sa popularité.

Chaplin sur le tournage du Dictateur

Le prochain film de Chaplin, Monsieur Verdoux, sort à New York en avril 1947, alors que la paranoïa politique atteint un premier sommet. Chaplin, vaguement suspect de sympathies extrémistes, en est une des victimes les plus notables.

Déjà affecté par la réaction générale peu favorable lors de la première, il l'est plus encore par une conférence de presse où des journalistes hostiles se refusent à parler du film mais lui posent avec insistance des questions sur ses opinions politiques, son patriotisme, ses problèmes d'impôts et son refus d'adopter la nationalité américaine.

Chaplin et Martha Raye avec des danseuses sur le tournage de Monsieur Verdoux

En 1952, alors que Chaplin embarque pour Londres afin d'y présenter son film Les Feux de la rampe, les autorités américaines en profitent pour annuler son visa de retour. S'il revient, il sera arrêté, le temps pour les autorités de vérifier qu'il est "admissible selon les lois des Etats-Unis".

Buster Keaton et Chaplin dans Les Feux de la rampe, 1952

Chaplin décide alors d’établir sa résidence permanente en Suisse plutôt que de continuer à se battre contre les États- Unis. Il réalise deux autres films en Europe: Un Roi à New York et La Comtesse de Hong-Kong, publie deux livres autobiographiques: "My Autobiography" et "My Life in Pictures", continue à écrire des scénarios et à composer de nouvelles partitions musicales pour ses anciens films muets pratiquement jusqu’à sa mort, dans la nuit de Noël 1977.

Charlie Chaplin avec sa femme Oona au Manoir de Ban